Sprachenkrieg in der Luft

Sprachenkrieg in der Luft

Sprachenkrieg in der Luft – tagesanzeiger.ch

(GUERRE DES LANGUES DANS LES AIRS)

Luftfahrt Seit letzer Woche darf au vielen Schweitzer Flugplätzen nur noch English gefunkt werden.
Dagegen wehren sich Piloten nun mit aller Energie – politisch und vor Gericht.

Un extrait intéressant à plus d’un point de vue (en gras):

…ist beiderseits gross. Beim Bund ärgert man sich darüber, dass von den Aviatikverbänden in der Vorbereitungsphase praktisch kein negatives Echo gekommen sei – und dass nun, da die Regelung in Kraft trete, der Aufstand losbreche. Überdies sei es vorab die Szene der Segelflieger, die…

Traduction:
Le Conseil Fédéral est contrarié par le fait que les associations de l’aviation n’ont rien fait dans la phase préparatoire, pratiquement aucun écho négatif – et que, maintenant que le règlement entre en vigueur, un soulèvement éclate.

Celà démontre qu’il faut réformer le plus rapidement possible nos associations faîtières qui n’ont rien vu venir

 

ILS SONT VRAIMENT GONFLÉS À BERNE !

ILS SONT VRAIMENT GONFLÉS À BERNE !

“English only”

12.06.2019

À partir du 1er janvier 2019, la Loi sur l’aviation prévoit que dans les règles de vol à vue, les communications avec le contrôle aérien dans espaces aériens C et D, les CTR, TMA, RMZ et FIZ, sont à effectuer uniquement en langue anglaise. L’utilisation d’une seule langue atténue les risques de malentendus ou confusion linguistique et permet aux autres pilotes à l’écoute d’avoir une meilleure conscience de l’environnement qui les entoure (« situational awareness ») : la sécurité de l’aviation en est directement renforcée.

 

En plus de l’anglais, dans les espaces aériens E et G la possibilité d’utiliser la langue locale (publiée) est maintenue pour la radiotéléphonie avec le service d’information de vol. La langue locale peut également être utilisée pour les CTR et TMA inactives ainsi que pour les champs d’aviation en dehors des horaires d’activité (HX). Selon les nouvelles dispositions, les pilotes entrant dans les espaces aériens où le “english only” est applicable doivent avoir obtenu une certification “Language proficiency level 4” pour l’anglais (96% des pilotes qui suivent une formation de vol motorisé disposent d’une licence de radiotéléphonie anglaise). Pour les pilotes de ballons ou de planeurs ainsi que pour les techniciens de bord le “Language proficiency” est conseillé mais n’est nécessaire ni en Suisse ni dans le trafic transfrontalier.

Les nouvelles dispositions seront effectives à partir de la publication dans l’AIP : pour les aérodromes de Alpnach, Berne, Buochs, Dübendorf, Emmen, Grenchen, Meiringen, Payerne, Samedan, Sion et Saint-Gall Altenrhein, la publication se fera le 20 juin 2019. Pour d’autres espaces aériens ou aérodromes des discussions en vue de l’application des exceptions prévues par la loi sont en cours.

ILS SONT VRAIMENT GONFLÉS À BERNE !

CONSEIL NATIONAL VIDÉO DU 11.06.2019 À 14h30

20190611_1430  (provisoire en allemand)

L’heure des questions au parlement.

C’est là que l’on constate que Madame Simonetta Summaruga qui ne connaît rien à l’aviation s’aligne “sans aucune preuve” aux idées des fonctionnaires de l’OFAC, sans en analyser les conséquences.

Ci dessous, vidéo des débats…